Les différents types de chauffage au plafond

Les différents types de chauffage au plafond

Le chauffage au plafond accessible aux particuliers

Les moyens de chauffage ne cessent de se diversifier, notamment parce que les constructions résidentielles bénéficient désormais de systèmes jusque-là réservés aux bâtiments professionnels. C’est le cas du plafond chauffant. Comme le chauffage au sol ou mural inclus dans les cloisons, le chauffage au plafond fait place nette sur les murs.

Fini le manque d’emplacement pour placer le canapé d’angle ou la grande armoire dressing ! La chaleur vient du plafond où le dispositif se fait discret sous un faux-plafond. Il impose toutefois une condition, puisque pour l’épaisseur de son installation il convient de prévoir une dizaine de centimètres et une hauteur minimale sous plafond de 2,50 mètres. Le chauffage au plafond chauffe une pièce en moins d’une demi-heure et offre une chaleur homogène constante.

Système rayonnant ou hydraulique ?

Si un chauffage au plafond vous tente, faites appel à un artisan chauffagiste pour son installation et être assuré d’un bon fonctionnement. Cet artisan vous exposera les différentes possibilités de fonctionnement d’un chauffage au plafond électrique :

  • le PRP ou plafond rayonnant au plâtre, composé de panneaux autoporteurs, d’un isolant et d’un film chauffant fonctionnant à l’électricité ;
  • le PMR, plafond modulaire rayonnant constitué de plaques avec résistances électriques et équipées d’un isolant en laine minérale est d’un parement de finition.

Un troisième type de chauffage au plafond à eau fonctionne à l’aide d’une chaudière et d’un réseau hydraulique. Si son installation est plus complexe, c’est qu’il bénéficie de l’effet réversible, c’est-à-dire qu’il offre, en plus, la climatisation.

A chaque dispositif son principe d’installation

Tous les types de plafonds chauffants ne se posent pas avec la même technique. Notre comparatif :

  • les PRP (panneaux chauffants en plâtre) doivent être fixés au plafond sur des rails d’ossature spécifiques aux faux-plafonds. Puis, on recouvre de plaques de plâtre classiques après avoir relié les panneaux au réseau électrique ;
  • en ce qui concerne les PMR (plaques modulaires rayonnantes), on fixe une ossature métal comme pour un plafond suspendu, et l’on ferme à l’aide de parements neutres à choisir dans une gamme décorative variée ;
  • quant au système hydraulique, les tuyaux sont fixés au plafond, recouverts d’une couche d’isolant et d’un plafond suspendu. Il se relie à une pompe à chaleur réversible ou à une chaudière.
    N’hésitez pas à confier ce travail à un artisan ou une société spécialisée en la matière. Il vous détaillera aussi les possibles économies d’énergie.

Pour en savoir plus :

Articles en relation